Fabienne SMETS
Poussières de biographie avec ses zones d’ombre Je suis née à l’Automne 1956 rue Sarrette dans le 14ème arrondissement . De nos jours, cette clinique un peu désuète pratique la chirurgie esthétique. J’ai grandi jusqu’à six ans Porte de la Plaine juste en face de la Foire de Paris et j’allais jouer avec mon frère aîné de trois ans et grand persécuteur sur les friches des anciennes fortifications. Mon père ,mes grands-parents et arrières-grands-parents étaient du 15ème arrondissement côté Grenelle, Vaugirard. Mon père gérait l’atelier de sellerie automobile créé par mes grands-parents, anciens ouvriers de chez Citroën et situé 40 rue des Jeûneurs dans le 2ème arrondissement. Ma mère venait de Bretagne, une famille de marins. J’adorais le bus à plateau, l’odeur d’huile chaude du métro Porte de Versailles. Je détestais la boucherie chevaline de la rue Olivier de Serres. Ma première école était rue de L’Abbé Groult. Curieuse, têtue, collectionneuse d’images. Après nous avons échangé notre deux pièces HLM avec le pavillon de Clamart de mes grands-parents. Après bien des névroses, me voici à dix ans au collège en cycle d’observation avec étude de l’allemand et du latin . Obèse et inhibée et subissant la litanie : "Eh tu t’appelles comme Johnny" (on était en 1966 !) ce qui est faux. Ne pouvant pas devenir équilibriste, ni danseuse, ni trapéziste pour cause de corpulence, grands débuts dans l’écriture et la poésie (une de mes poésie s’appelle Le chemin de croix en hommage aux Poilus de la Grande Guerre). A quatorze ans après de nombreux régimes yoyo sauvages et déceptions amoureuses , fini la princesse, les compagnons de Jehu. Je rentre en seconde A au lycée de filles Paul Bert dans le 14ème arrondissement. Nous faisons beaucoup de politique, assises dans la rue, les filles sont aussi mesquines que les garçons. A seize ans fuite éperdue vers Montmartre la Belle. Arrestation, enfermement à la douce maison, menace d’asile, dépression sévère non soignée écriture de "Attention à la république", premier roman, passion dessin et photographie en autodidacte. Grande Solitude. De seize à dix-neuf ans voyage… voyage, écriture ... Y compris quatre mois sur la route du Népal aller et retour. En 1976 en Grèce je rencontre celui qui sera mon chef de route pendant vingt-cinq ans. Travail dans le commerce, voyage de six mois soit la route aux Etats unis en 1978. Commerce, voyage de six mois à Berlin en 1981, écrire. Cours par correspondance d’anglais et de gestion niveau bac travail dans la bijouterie en gros, écriture sous le manteau de deux romans donnés à une collègue de travail. 1984 no future. Prends une station service limite 13/14 ème pendant cinq ans, 7/7 sous la houlette du compagnon gérant très capitaine d’industrie. Evasion dans l’écriture et le dessin.1990-1991 en résumé : Chute de toute la famille, patrimoine détruit, recette de la vente du pavillon de Clamart fondue comme la neige autour de l’hôtel que mes parents avaient pris en Savoie , décès de ma mère, naissance de mon fils, fin de la station, début de la résistance en territoire de cité très difficile dans le Val d’Oise. Chômage dur non indemnisé, capitaine d’industrie au chômage puis ASS bourré d’amertume et de haine mais courageux car un accident nous prive de la vieille Renault 16 et nous devons tout faire à pied : exclusion . Je m’investis dans le syndicat des locataires avec contrôle des charges indues, réhabilitation de la cité qui ressemble à Tchernobyl à trois kilomètres de la gare, perdue dans un champ de betteraves au lieu dit : La Fosse aux Chiens. J’y perds d’ailleurs ma chienne berger Allemand, ma Rintintin d’une très longue et douloureuse maladie. Mon fils est en énormes difficultés et subit toutes ces ondes néfastes. De bouche à oreille , je crée un poste de femme de ménage dans une jolie petite résidence de copropriétaires à côté de la PMI. En dehors de toute cette mascarade j’écris deux romans d’aventure et de société de cinq cents pages chacun qui seront détruits lors de l’implosion du ménage très boiteux. Je ne vois plus du tout mon père survivant d’un cancer et mon frère pendant sept ans. En 2000 , Monsieur retrouve le chemin de l’emploi et du commandement aussi, je le soutiens par humanisme mais rien ne va plus au pays. Pouvant m’acheter un titre de transport pour tirer le fiston de la zep, je commence mes recherches à Paris (mon fils, à dix ans, sait à peine lire, écrire et compter, les maîtresses n’ont pas pu lui apprendre ) Je passe le concours B de contrôleur des impôts et le réussit avec 14 de moyenne 16 à l’oral : j’ai les félicitations du Jury. Deux mois plus tard par téléphone , le rêve est piétiné et retour du passé comme un boomerang, je n’ai pas eu le bac, seulement le certificat de fin d’études secondaires en 1973. Ils ne peuvent pas m’intégrer. Finalement je finis par trouver un CDD dans un magasin alimentaire parisien de 6 heures du matin à 11 heures puis l’après-midi le ménage de la résidence. Mon fils est inscrit pour son CM2 dans une école privée, à la maison , c’est la guerre. Démission de la résidence pour cause de grosse fatigue puis en novembre licenciement du magasin, heureusement, cette fois je bénéficie d’une allocation chômage. Formation à Paris pour le CAP de gardienne. En attendant d’aller chercher mon fils , je vois une annonce sur le panneau municipal gare d’ Austerlitz concernant le dernier jour d’inscription pour le concours CASVP. Je traverse le pont avec mes quarante cinq ans pour bagages. 2002 début de carrière au CASVP 18 ème section, séparation et arrivée avec mon fils dans un studio meublé à Vanves, Premier contact avec les ateliers d’écriture. Je recommence à écrire de la poésie des petites histoires puis "Au bois Dormant". En 2004 arrivée à La Petite Roquette et troubles financiers. Toujours les problèmes de scolarité du fiston . 2006 publication du roman "Au Bois Dormant" à compte d’auteur avec un crédit à soutenir, publication de poèmes par le Coin De Table revue de la Fondation Emile Blémont. 2008/2011 : 3 ans de dessin aux ateliers Beaux-Arts de la ville de Paris, publication de "NOM 2750 PAYS CHERCHE" Par Les Editions PETITS TIRAGES, un petit coucou de la création photo avec le 4ème prix de photographie au salon des Artistes de la Ville de Paris et … La vie continue pour l’instant…
MERCI A :
Petits Tirages
SIRET 491 087 888 000 13
Catalogue OUVRAGES E-BOOKS Accueil Il y a aussi... • Les vampires • Les e-books en vente 1 • Les e-books en vente 2 • Les e-books en vente 3 Contact • Nous envoyer un message • Nous soumettre un manuscrit A propos de nos auteurs • ABERGEL Cynthia • BÊRNHÄRDT • BOUTIER Christophe • DIDI Marguerite • DIDI Paul • GOMES DA FONSECA Gabriela • LUCINDA • MINGASSON Jean-Michel •MOURGUES Delphine • PERANI Christelle • SMETS FABIENNE • SOULEYMANOU Sarandi • TISTOUNET Eric • SÉVELLEC Alan • SUESCUM Patricia • PRINI Jean-Charles